Tech

Mon expérience sur la cigarette électronique

Choisir sa première cigarette électronique n’est pas aisé. Elle doit surtout s'adapter aux envies, combiner la praticité, le goût, la fréquence d’usage et les sensations de chacun.

Pourquoi passer à la cigarette électronique ?

On est d’accord, c’est bien mieux de ne pas fumer du tout ! D’ailleurs, je ne comprends toujours pas les personnes qui n’ont jamais fumé de leur vie et qui se mettent soudainement à la cigarette électronique. Surement un phénomène de mode, une sorte de chicha portative ultra cool qui fait de gros nuages 🙂

La nocivité de la cigarette n’est plus à démontrer

Pour les fumeurs, la cigarette électronique est d’une grande aide dans la diminution progressive de l’état de manque lié à la nicotine. Elle ne contient pas toutes les substances dangereuses contenues dans une cigarette classique. On en compte environ 4000, dont le monoxyde de carbone, le goudron, l’ammoniac et j’en passe. Le mode d’absorption est également différent, la combustion pour la cigarette classique et la vaporisation pour la e-cig. Le liquide chauffé par une résistance de cigarette électronique ne produit pas de substances nocives contrairement à un phénomène de combustion. Nous n’avons pas encore assez de recul sur les effets néfastes de la cigarette électronique à long terme mais on peut déjà considérer qu’elle est moins dangereuse.

Le réveil des sens

Il y a plus de 6 ans, je fumais encore des roulés, sans filtre, à un rythme de 20 par jour. En passant à la cigarette électronique, ce fut radical, et pour moi plus de retour en arrière possible. J’ai retrouvé peu à peu mon souffle, le goût des aliments, l’odorat.  Maintenant, je suis extrêmement sensible à l’odeur du tabac froid. Elle est devenue réellement dérangeante et je la remarque immédiatement, à l’intérieur d’une voiture, d’un bus, ou sur mes vêtements quand j’ai passé un moment à côté d’un fumeur. L’important, c’est que je n’ai plus cette odeur nauséabonde sur les doigts ou dans la bouche après avoir fumé 🙂

Fumer est une habitude

La vapoteuse m’a aussi permis d’arrêter de fumer car je conserve les gestes et habitudes tout en contrôlant mon taux de nicotine. Cela évite d’arrêter du jour au lendemain et réduit le risque de reprendre la clope classique. Le piège est que bien évidemment ce substitut se transforme en une habitude régulière. Au bout de quelques années, elle ne me quitte plus. Toujours greffé à la main, en voiture, devant un film, aux toilettes, elle te suit partout. C’est fou non ? C’est sur ce point qu’il faut faire attention et avoir la force d’esprit d’en faire un usage raisonné.

La cigarette électronique permet aussi de ne pas casser ses habitudes sociales. Combien d’entre vous ont arrêté quelques temps puis ont repris à cause d’une soirée entre potes ? autour d’un café ? après un repas copieux ? Il est difficile de changer brutalement ces routines et résister au pote qui te dit : “t’en veux une ?” Allez j’en prends juste une ce soir mais je ne rachète pas de paquet demain…ERREUR ! Oui, c’est pas si facile d’avoir de la volonté et de se faire dicter son rythme de vie par des “pause clope”. La e-cigarette va répondre à ces besoins, mais va permettre également de diminuer le taux de nicotine dans le sang. Les liquides que l’on trouve dans le commerce vont de 16 mg à 0 ce qui permet un sevrage progressif. En fabriquant son propre liquide, on pourra mettre des paliers plus simple à franchir, à condition de ne pas fumer plus. Car fumer plus, cela revient plus cher. Et l’argent aussi est une bonne source de motivation.

Fumer est un luxe

Le coût d’un paquet de cigarette est d’aujourd’hui en 2020 de 10 €. Si je devais fumer un paquet par jour, le budget mensuel serait de 300€, soit 3600€ à l’année. Ça fait un beau voyage non ? Sur la durée, la cigarette électronique reviendra beaucoup moins cher, sous peine de faire les bons choix dès le départ. Cela reste un budget d’investissement au début – environ 50€ une box et 20 € pour un clearomiseur correct. C’est surtout le coût du e-liquide et la quantité consommée qui joue sur le budget annuel. Personnellement, je fabrique moi-même mon liquide (un sujet à traiter dans un prochain article) qui me revient à environ 0,06€/ml par rapport à un produit tout fait aux alentours de 0.5€/ml. Ensuite vient le coût des résistances, environ 4€ tous les mois et les batteries, 14€ /an. Pas besoin de faire le calcul pour se rendre contre la différence, je ne parle pas d’économies car cela reste de l’argent parti en fumée 🙂

E-Cigarette : E comme écologique ?

La dernière raison pour passer à la cigarette électronique est l’aspect écologique. Oui, des déchets sont générés par les bidons en plastique contenant les liquides, les résistances et le traitement des batteries. Par contre, plus besoin de jeter vos mégots n’importe où…on en retrouve à foison sur les trottoirs, dans les parcs, à l’arrêt de bus, jetés par les fenêtres de voitures et même pire, dans des coins de nature sauvage, dans le sable de chaque plage, dans les mers et océans… Certaines personnes ne prennent pas la peine de récupérer leurs mégots, ou n’ont pas de petite boîte en fer – je ne doute pas qu’il reste beaucoup d’éco responsables dans ce monde, mais la planète est déjà bien assez polluée comme ca, arrêtons vite car il est peut être déjà trop tard. 

A la recherche de la cigarette électronique parfaite

Après le boom du marché de la cigarette électronique dans les années 2010, où l’on a vu apparaître une multitude de stores, le secteur a ensuite connu une légère baisse dès 2014. Attirées en masse par ce nouveau marché juteux, beaucoup d’indépendants peu sérieux et de franchises voulant surfer sur ce nouveau business n’ont pas survécu. De retour à une croissance régulière dès 2016, le monde de la cigarette électronique regorge de fournisseurs, de modèles et d’autant de possibilités. Aujourd’hui, la France compte plus de 2 Millions de vapoteurs, contre environ 11 Millions de fumeurs.

De plus en plus de français sont décidés à arrêter : campagnes anti tabac, hausse des coût de la cigarette, santé,… Oui mais le tabac reste une drogue et le sevrage n’est pas si simple. Bien des méthodes  de substitution existent, la cigarette électronique en est une. D’autres personnes, souvent plus jeunes, s’essayent à la vapote attirés par ce phénomène de mode.

Quoi qu’il en soit, choisir sa première clope électronique n’est pas aisé. Elle doit surtout s’adapter aux envies, combiner la praticité, le goût, la fréquence d’usage et les sensations de chacun. Certains souhaitent remplacer la vraie cigarette, d’autres faire de gros nuages de fumée.  La cigarette électronique parfaite n’existe pas, mais elle saura sûrement répondre à vos attentes.

Quel format me correspond ? 

format tube

Le format tube

C’est celui qui est apparu en premier sur le marché. Il à une forme cylindrique tout comme une cigarette. Petit et compact, il peut facilement se glisser dans une poche. Le réservoir qui contient la résistance est dévissable ce qui permet de le remplacer. Son autonomie est restée très longtemps limitée pour de gros fumeur mais beaucoup de progrès ont été faits avec l’intégration de plus grosses batteries. Ces modèles se rechargent en USB.

Format POD

Le format POD

C’est un produit tout en un. La batterie est intégrée tout comme le réservoir qui contient la résistance. On changera donc toute la « tête » une fois la résistance HS. Ils sont compacts et offrent une meilleur autonomie pour des petits ou moyens fumeurs. Une fois la batterie épuisée, il faudra la recharger en USB. Certains POD sont même jetables avec des cartouches de liquide remplaçables (à droite). C’est ce dernier que l’on retrouve souvent dans les bureaux de tabac. D’autres modèles récent tendent maintenant à évoluer vers le format Box.

Format BOX

Le format Box

Vendu sous forme de kit complet ou séparé avec box + clearomiseur, ce format permet l’utilisation d’accus (batteries amovibles). Électronique, elle bénéficie de plusieurs réglages et informations comme le pourcentage de batterie, la valeur de la résistance connectée et la puissance désirée. Elle apporte également une meilleure sécurité. Un mod mécanique existe aussi mais reste réservée aux experts. Je ne te conseille pas de se lancer au départ sur ces modèle Meca. Il ne comporte aucun élément électronique et nécessite des connaissances précises pour le faire fonctionner convenablement et durablement en toute sécurité. 

Les 3 composants principaux d’une e-cig

Vue éclatée d’une cigarette électronique, version BOX

La batterie

Elle correspond à l’autonomie de la cigarette électronique. Paramètre indispensable si tu ne veux pas être en galère. “Qui peut le plus peut le moins” : je recommande de partir directement sur des modèles de + de 3000mA. Même si tu es un petit fumeur, cela t’évitera de changer de modèle par la suite.

Le réservoir

Cet élément est important en fonction de la fréquence d’utilisation de ta cigarette électronique. Si tu veux éviter de rajouter du liquide toutes les 5 minutes, ne choisis par un modèle inférieur à 3 ml. Pour ma part, je suis un gros vapoteur et j’utilise une contenance de 8ml.

La résistance

En fonction des goûts de chacun. Une résistance inférieure à 0.5 ohm va permettre une vape puissante, va produire beaucoup de vapeur, chauffer plus et consommer plus de liquide. Une résistance supérieure à 1 ohm va offrir une sensation plus douce. Ce paramètre va également avoir un fort impact sur l’autonomie de la batterie. Plus la résistance est faible, plus la puissance sera élevée, et plus la batterie sera consommée rapidement. Personnellement, je préfère des résistances inférieur à 0.5 ohm (sub ohm) pour plus de fumée.

Retour sur mes 6 années d’expérience

Mon histoire

Voilà plus de 6 ans que j’ai rejoins cette communauté de vapoteurs. Je suis passé à la cigarette électronique, conscient des aspects néfastes du tabac pour la santé. J’ai donc décidé de trouver une solution pour l’arrêter petit à petit mais voilà déjà des années,  je n’ai fait en vérité que remplacer une addiction par une autre. 

L’histoire à commencé dans un petit shop de cigarettes électroniques dans le sud de la France en 2014. Conseillé par un vendeur, j’ai pris un des tout premier modèle tube – c’est un modèle qui ressemble à une cigarette classique. J’étais confronté à beaucoup de problèmes :  résistance peu fiable, goût de brûlé, fuite de liquide dans la poche ou dans la bouche, autonomie très faible et batterie qui a fini par ne plus tenir la charge… 

Mon deuxième essai fut plus encourageant. Avide de conseils, je me suis rendu dans une autre boutique de cigarette électronique, cette fois sur la région de Lyon, afin d’en essayer quelques-unes. Mon choix s’est porté sur une box avec batterie intégrée, pour plus de simplicité. Au bout de quelques mois, la batterie ne suffisait plus pour couvrir la journée, j’ai donc changé de modèle pour une box avec 1 accumulateur, puis 2. Ensuite, généralement entre 3 à 6 mois, j’ai rencontré des pannes diverses et variées qui m’ont poussé à changer de modèle jusqu’à trouver celui qui me convient 🙂

Mon critère N°1 : l’autonomie

L’autonomie est pour moi le critère numéro 1 pour un fumeur : quoi de plus désagréable que de se retrouver sans batterie un soir de fête ? il serait dommage d’aller taxer quelques clopes aux copains.  Sinon, il y a l’approche peu connue du “eeeh t’as pas de la batterie à me filer ?” 🙂 

C’est pour cela que je préfère le mode box électronique, car je peux toujours avoir des accus de rechange dans ma poche et en laisser toujours en charge. C’est bien plus pratique que de rester toute la soirée pendu à un fil 🙂 Dommage qu’elle soit un poil trop encombrante, mais on ne peut pas tout avoir.

Mon critère N°2 : la durabilité

La durabilité est un paramètre tout aussi important si on ne veut pas réinvestir tous les 3 mois dans une nouvelle e-cigarette, et j’en ai fait l’amère expérience. Je suis maintenant un vapoteur expérimenté et j’ai en tête les critères qui correspondent à mon quotidien pour la garder le plus longtemps possible.

Je ne suis pas forcément maladroit, mais ma cigarette électronique tombe souvent. Parfois de hauteur d’homme sur un sol en béton, quelquefois en sortant de la voiture et souvent lorsqu’elle est posée debout sur une table.

La première mauvaise nouvelle c’est qu’il suffit d’une seule fois pour casser le réservoir. Pas de panique, cet élément se change rapidement une fois à la maison. Un nouveau pyrex et c’est reparti ! J’ajoute également le petit anneau en plastique qui permet d’amortir un peu les chocs, c’est toujours ça de gagné. J’évite aussi les réservoirs trop « bombés » : évidemment si la première chose qui tape le sol est le pyrex, il y a peu de chance pour qu’il résiste. 

La deuxième mauvaise nouvelle, c’est quand tu t’aperçois que l’écran est aussi cassé. Soit il ne s’allume plus, soit il y a une belle araignée sur l’affichage. Impossible de savoir si elle est allumée ou à quelle puissance tu vapes. Grrr Box à la poubelle ! Maintenant, j’évite de prendre les toutes nouvelles Box super design avec un écran 32 pouces 4K. De toute façon c’est pas pour surfer sur le net, regarder Netflix, écouter de la musique ou lire l’heure – j’ai un téléphone pour ca 🙂 Tout ce qui est important, c’est de savoir si elle est allumée et sur quelle puissance. Je privilégie donc un écran simple et intégré sur la tranche de la box qui me parait solide.

Une fois que votre box aura survécu à bien des péripéties, vient l’usure. Le bouton est important, le pas de vis du clearomiseur aussi mais on ne pense jamais au système d’accus… On les insère en faisant glisser un clapet. Assez résistant pour tenir 6 mois suivant l’utilisation que vous en faite mais passé ce délai, il se ferme mal et les accus ne font plus contact. Je recommande donc de choisir un système à clips. Cela résistera beaucoup mieux dans le temps, et au pire, c’est pas ça qui maintient les batteries. 

Ma cigarette électronique : déjà 2 ans !

BOX WYE II 215W – TESLA

Je n’écris pas cet article pour faire la promotion de tel ou tel modèle. Personnellement je suis totalement satisfait de la BOX WYE II 215W de chez TESLA. Bon on va pas se le cacher, c’est pas la plus design mais voila maintenant 2 ans quelle me suit partout, et le principal c’est qu’elle ne m’a pas encore lâché 🙂

TFV12 Prince – SMOKETECH

Côté clearomiser, j’utilise le TFV12 Prince de chez SMOKETECH. La capacité du réservoir est de 8ml. Je trouve le
design et drip tip en résine plutôt sympa et orignal. La gamme de résistance est plutôt large, pouvant aller de la très très gosse fumée vers un meilleur rendu des saveurs. Cela fait 3 ans que je ne l’ai pas « changé » – si l’on ne compte pas les nombreux pyrex et résistances remplacées 🙂


Alors toi aussi tu es passé à la cigarette électronique ?

Partage ton experience !


Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :